One Piece Adventure

Forum RPG sur l'univers de One Piece
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le flamant rose arrive pour s'amuser

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Le flamant rose arrive pour s'amuser   Sam 3 Sep - 0:27

Avis de Recherche

Nom : Donquixote
Prénom : Doflamingo
Fruit du démon : Ito Ito no mi
Age : 35 ans
Camps : Shishibukai (Capitaine corsaire)
Spécialité : Capitaine


Physique

Doflamingo est un homme au physique impressionnant, du fait qu'il mesure 3m05 à lui tout seul, mais il semble beaucoup plus petit parce qu’il se tient toujours recroquevillé sur lui même, du fait d’un centre de gravité mal placé lors de sa démarche chaloupé et du fait qu’il a toujours les poches arrières de son pantalon débordantes de pièces d’or et que son physique ne lui permet pas de tenir cette masse surélevée trop longtemps.

Sa taille grande taille est complétée par une apparente maigreur, il est tout sauf gros. C’est bien simple, pas vraiment tas d’os, le Capitaine corsaire ressemble étrangement à un Flamant Rose du point de vu corporel : des mollets fin à la manières des pattes du volatiles mais surmonté par des cuisses un peu plus charnues capables de tenir l’homme debout sur une seule jambe pendant des heures, une taille fine non dénuées d’une ceinture abdominale quelque peu musclée et un torse qui s’élargit à mesure que l’on remonte vers le visage rieur de Corsaire, porté par des épaules pas vraiment puissantes. De ses épaules retombent des bras asses longs, quelque peu décharnés donnant une envergure d’oiseau de proie des montagnes de Red Line à cet homme, somme toute, volatile. Terminant le tableau, les mains de Doflamingo sont en parfaite adéquation avec le reste de son corps : fine, élancée, élégantes et longues, ressemblant à s’y méprendre aux longues plumes terminant les ailes des flamants roses et autres Ibis.

Des doigts qui parcourent assez souvent son visage fin, que se soit par lassitude, ennui ou bien simple contentement. Doflamingo prolonge ses traits physiques principaux dans son visage, c’est à dire une certaines finesse si ce n’est maigreur, un nez insolent qui semble vous narguer et des yeux pétillant d’autosuffisance mais également de détachement sur ce monde, comme si il était totalement à l’ouest par rapport aux préceptes régissant le monde actuel qu’à connu l’ancienne génération. Ses petits yeux semblent également porter un gros intérêt à tout ce qui à un éclat doré et le simple mot de Trésor lui fait tiquer les oreilles et le pouce à sourire de toutes ses dents, avant de fendre sa bouche en deux pour libérer un long rire… Pour ce qui est de ses cheveux, rien de bien extraordinaire, une simple couple très courte pour ce blondinet.

Afin de boucler la boucle, notons que son profil physique se termine lui aussi par une différence bien évidente et notable, celle de la tenue vestimentaire. Si l’on dit que l’habit ne fait pas le moine, elle permet tout de même de révéler quelques points sur la psychologie de l’homme.
Psychologie qui paraît assez complexe selon l’apparente garde robe du capitaine corsaire. Sa tenue habituelle est comme l’homme, haute en couleur et extravagance, une toison de plumes de flamant rose lui couvrant les épaules comme la totalité du dos à la manière d’un veston de plume. Surtout que le reste n’est justement pas en reste, un pantalon noir moulant aux motifs ondulés roses remontant des mollets jusqu’à l’aine et provoquant jusqu’au point de laisser la braguette argentée apparente. On ressent là une sincère volonté de choquer.
Le petit gilet porté à même la peau et semi recouvert par la parure de plumes complète dans une harmonie de couleurs flashiez la tenue du corsaire, d’un rouge d’origine vif mais peu à peu terni par le soleil des océan, symbole volontaire de vie, fête, spectacle , luxe, appétit et génération, gilet balayé de motifs serpentins eux de couleurs blanc, tranché par des pourtours noirs. Complétant le tout, des chaussures de scène noires en cuir se terminant un peu en pointe et laissant à nu les cheville et le bas des mollets du pirate alors que ses yeux son caché par des verres teinté oranges sur une monture en métal blanc.


Caractère

Avec son style atypique, Doflamingo surfe sur la vague qu’il à lui même créer, celle du New Age, une vague d’idée selon laquelle l’ère des rêves et des légendes serait terminé et que seule la New Wave de la Piraterie serait apte à évoluer sur Grand Line. En clair, l’Age des rêves est révolue, la quête du One Piece qui a créer une vague de piraterie sans précédent n’est plus qu’une vaste foutaise et les pirates doivent vivre avec leur temps. Le seul moyen de se démarquer dans le domaine Maritime c’est de se montrer complet sur tous les plans, posséder soit même, en temps que Capitaine, une force qui fait avancer son équipage et qui pose problème au gouvernement mondial, une intelligence et une planification des événements qui font que l’on ne se retrouve pas totalement en danger, du moins un danger que l’on peux soit même réguler et contenir afin de se sortir de tout pièges, mais une intelligence qui puisse également vous mener par le biais de l’arme qu’est l’information vers des trésors qui sont véritablement des trésors, en gros des coffres débordants de richesses, pierreries, or, diamants voir fruits du Démons. Fruit du Démon qui servent à parfaite le troisième point vers le complet chez un pirate, un équipage solide et puissant capable de braver tempêtes et guerres pour hisser leur Capitaine vers le sommet.

Il faut savoir vivre avec son temps et Doflamingo l’as bien compris. A vrai dire, des hommes sont en quête du One Piece depuis des années sans avoir réussi à le trouver, même le redoutable Edward Newgate que l’on targue de titre d’homme le plus fort du monde n’est pas entré en sa possession, lui qui pourtant combattait Roger nombres de fois et qui fait parti de ce que le corsaire aime à appeler les Attardés, ceux qui voyagent pour l’aventure alors que le seul but de la piraterie c’est de se faire un maximum d’Or par n’importe quel moyen.

Outre ce fait, il semble que le corsaire ai un sens de l’honneur qui nage un peu dans le flou, tous les moyens semblent bon pour arriver à ses fins, et ses capacités de marionnettistes ne sont pas là pour démontrer la contraire. Un tel deviens gênant ? Très bien, servons nous d’un autre comme pantin pour s’en débarrasser et le tour est jouer.
Si l’ex prime de Doflamingo semble être la plus élevée des corsaires, c’est non seulement par un degrés de puissance, mais également par un degrés de dangerosité. Se forger une telle prime est un exploit dans le domaine de la piraterie ne l’oublions pas, les pirates portant une prime de plus de 100 Millions de Berrys sur leur tête ne courent pas les Océans, tout du moins la première partie de Grand Line, et la faculté de Doflamingo à utiliser les gens comme des pantins sans montre de scrupules peut jouer dans la balance servant à peser la prime. Imaginer un pirate pouvant provoquer une guerre civile en assassinant aux yeux et au su de tous un représentant royal en manipulant n’importe qui, le danger pour la paix et l’équilibre n’est pas moindre et la Marine a bien due s’en rendre compte. Après tout, un corsaire doit bien servir à impressionner les autres pirates.

Dans la vie ne mer, Doflamingo est un vrai gamin teigneux, plaisantin qui s’amuse de tout, aime jouer des tours aux autres, mais qui n’est jamais vraiment content. Il n’en fait qu’à sa tête et ne se plie que peu aux règles établies. Il est fort, il est le leader de la nouvelle vague et il le fait savoir !!
Attention à celui qui lui tiens tête.
Détestant plus que tout s’ennuyer, le corsaire s’amuse comme il peux avec ses facultés hors norme de marionnettiste, il tourne tout le monde en ridicule en les manipulant à leur insu, leur faisant faire toutes les pitreries possibles et imaginables, voir même les manipulant pour qu’ils s’entretuent, en bref toutes sortes de choses qui pourraient bien lui arracher un rire. Le rire … Parlons en du rire, jovial mais surtout moqueur comme une pie, Doflamingo se fend d’un rire dès que la situation de permet, il rigole tellement qu’on pourrait parfois croire qu’il serait capable de mourir étouffer de rire. De pures moqueries purement puériles, voilà se qui caractérise le caractère difficile du corsaire qui valait 340 millions. Une sorte de sale gosse en puissance.

Et c’est vraiment un sale gosse accompli, pour lui maintenant seule la force fait loi et les faible comme les rêveurs n’ont plus qu’a retourner la queue entre les jambes dans leur village et laisser la piraterie aux grands garçons. Pour le corsaire, tout est dans la classe, le style et la frime. Une attitude provocante ? Oui et alors ?
On peux lui offrir une chaise, il préférera s’asseoir sur la table… Son style volontairement décalé le place comme un pirate qui a des bonnes fringues et qui a fait son bout de chemin. La Marine lui fout la paix maintenant, alors il peux châtier lui même les pirates rêveurs et récupérer leurs trésors après avoir envoyer leurs précédents destinataires nourrir les poissons.


Histoire[/center]

vant d’être un grand, si ce n’est le plus grand, Capitaine Corsaire, Doflamingo fut un enfant comme tout le monde, battis par les expériences de la vie et les histoires que l’on lui raconte.
Originaire d’un village perdu sur une île principalement recouverte de marécages, dans les confins de North Blue, la légende du petit Doflamingo s’écrit dès son plus jeune âge. Dès lors qu’il fut capable de comprendre les histoires que lui racontait sa mère à son chevet la nuit, dans leur humble chaumière réchauffée par un feu. Comme tous les enfants de North Blue, le futur Corsaire fut élevé dans les histoires et les contes de la légende de l’explorateur Montblanc Norland et chaque soir le bambin se laissait guidé vers la clé de ses rêves par la grandeur des aventures périlleuses du grand explorateur. Pages après pages, nuits après nuit, le petit garçon ne cessait de rêver à de grands lendemain, voguant sur un océan d’aventure dans le seul but de réaliser ses rêves, devenir le Seigneur des Pirates !!

C’était en effet le temps de la grande vague de piraterie qui sévit à travers le monde, peu de temps après que Gol D. Roger ne soit mené sur l’échafaud pour se voir ôter la vie dans un ultime sursaut de défit en révélant l’existence d’un trésor fabuleux qui ferait de celui qui le trouverait le nouveau Seigneur des Pirates. Un rêve qui touchait de plein fouet l’esprit du jeune Doflamingo. Un rêve qui lui permettait de survivre aux railleries de ses comparses du même age, se moquant de son physique maigrelet et le comparant à un oiseau échassier du fait de ses longues jambes et de ses doigts ressemblant à des plumes. A vrai dire, le jeune garçon n’était de toute façon pas taillé pour le travail consistant à mouler des briques dans les puits d’argile bordant les marécages, mais il se faisait une raison, criant à tue tête que le jour où il prendrait la mer et deviendrait le Seigneur des Pirates, il ferait regretter à tous l’enfer qu’il vivait. A peine la journée commencée que le petit garçon pensait déjà à la prochaine soirée, attendant toujours avec fièvre la page suivante des histoires de Norland et alimentant chaque jour ses rêves d’aventures peuplées de cités d’or et autres trésors palpitants.

Mais comment un petit garçon qui croyait en ses rêves de Piraterie aventureuse a t’il pu devenir se Corsaire pour qui seul l’or et le style importent ?

La réponse est bien simple pourtant. A force d’idéaliser son héros Montblanc Norland, le petit Doflamingo l’avait peu à peu monté sur une colonne d’adoration, le plaçant comme son modèle absolue, une ligne de conduite à suivre. Alors imaginez les chamboulement que produisent l’horrible vérité entendue par tous les enfants sur North Blue… Son héros, son modèle d’admiration n’était en réalité qu’un simple menteur, un beau parleur parmi tant d’autres qui s’était imaginé une vie d’aventure et l’avait perdu par ses mensonges éhontés…
La psyché du jeune enfant bascula ce jour là. Pour lui, les rêves n’étaient plus que mensonges et foutaises pour endormir les enfants en bas ages. A la simple lecture de quelques pages, le jeune Doflamingo venait de grandir de plusieurs années.

Sa nature ne fit qu’empirée à la mort de sa mère et seule famille, d’autant que les dernières paroles de celle ci furent : « Ne mens pas … Sinon tu finiras comme Montblanc Norland … » Phrase qui enfonça encore plus Doflamingo dans sa nouvelle vision du monde, pour lui seule la force pourrait le tirer vers le haut et ne comptait plus que l’or, le style, les belles fringues et la puissance qui va avec. Aussi commença t’il à planifier sa montée en puissance. En premier lieu il devait quitter le trou à rat dans lequel il vivait, se bâtir au contact de l’Océan et gagner énormément de puissance en ingurgitant un Fruit du Démon. Telle était la première phase de son plan, son ascension vers les sommet en comptait deux de plus…

Mais il lui fallut attendre deux ans avant de plonger dans la première partie de son plan. Travaillant en attendant dans les puits d’argiles et nouant une amitié qui était pour lui purement intéressée avec les garçons les plus fort de son village. Si eux avaient les muscles, lui il avait la tête et un plan à exécuter, aussi prit il la mer avec lui lorsque le plus âgé d’entre eux décida de réaliser ses rêves de piraterie. Dans un premier temps, l’équipage ne commit que de petits larcins, coulant et pillant des bateaux commerciaux, rassemblant un début de petite fortune. Le tas d’or augmentant peu à peu, Doflamingo se décida à se séparer de ses « amis » lorsque le tas d’or lui paraissait suffisant pour monter son propre équipage, celui du New Age, de la Nouvelle Vague…

Aux abords d’une île tropicale, alors que les sept autres pirates étaient descendu à terre pour faire le plein de vivres, le futur Corsaire rassembla le reste de nourriture de ce bateau miteux, prenant également avec lui la totalité du butin avant de couler le navire, fuyant avec la petite chaloupe à voile qui leur servait de canot. C’est en riant à s’en faire exploser le ventre que Doflamingo perdit de vue l’île et ses « connaissances » qui s’agitaient sur la plage devant l’épave de leur navire, se sachant condamnés à une mort certaine. Maintenant seul, Doflamingo pouvait s’adonner à la piraterie à loisir.

Mais il n’avait pas totalement prévu les aléas climatiques de North Blue et une mer démontée le projeta lui sa coquille de noix sur les récifs bordant une île au climat ardent quelques jours après qu’il eut abandonné ses compagnons. Seulement couverte de sables et de ruines d’une autre époque, Doflamingo se trouva vite en manque d’eau et de vivre, survivant dans l’ombre rafraîchissante des galerie menaçant de s’écrouler sous le sable brûlant. La suite est confuse et rendu hasardeuse par les mirages et autres hallucination provoquées par les carences en eau, mais toujours est il que le pirate parvint à se sortir de c’est enfer ardent sur un radeau pour rallier l’île la plus proche où il débarqua armé de nouveau pouvoir, celui d'un dès fruit du démon, celui de pouvoir manipuler les gens comme de vulgaires pantins à sa guise, comme pourrait le faire n’importe quel marionnettiste avec ses poupées… Dès lors, son visage ne se répartissait presque jamais d’un sourire moqueur assurant sa confiance en lui et sa nouvelle vague.

Près d’un million de Berrys en poche, des objets de grande valeur pillés dans les ruines de l’île précédente et porteur d’un pouvoir assez impressionnant, Doflamingo se débrouilla pour se faire bâtir un navire, son tout premier, pouvant contenir une petite dizaine d’hommes et qui lui servirait de premier bateau pirate au pavillon frappé d’un crâne souriant et barré d’une diagonale noire. Utilisant ses fonds volés pour recruter ses premiers hommes comme ses nouvelles facultés de marionnettistes pour convaincre les plus réticents. La New Wave était en marche et le reste de l’argent fut dépensé en fringues et divers attirails, armes et accessoires afin que ses Nakamas aient le style New Age !!

Dans l’année qui suivit, les larcins des pirates au Crâne Souriant se multiplièrent. Attaques de Navires marchands comme de bateau de la Marine. La première phase de son plan étant achevée, Doflamingo avait bien vite bondi sur la seconde qui consistait à recruter un grande nombre d’hommes d’équipages en se faisant une réputation, attirer une première fois l’attention du gouvernement mondial et faire parler de la New Wave. Et quoi de mieux pour attirer le gouvernement mondial que de s’en prendre directement à son bras armé et à la paix des îles de North Blue. De par ses capacités de marionnettistes, Doflamingo manipulait les gens comme bon lui semblait, faisant s’entre tuer des personnalités influentes en en manipulant une. Les exemples sont légions. Un avocat sortant une arme lors d’un procès et s’en prenant au juge, un médecin qui donne la mort à un notable de l’île ou bien un barbier égorgeant l’armateur des bateaux de la marine dans la région. Pour chaque larcin, les témoins donnaient la description d’un homme louche dans le coin, un type aux longs doigts, toujours vêtu de façon excentrique mais portant toujours des verres teintés oranges et haut de forme noir égayé d’une plume de flamant rose, et sur la scène l’on retrouvait toujours un bout de papier frappé de l’emblème des Pirates du Crâne Souriant, signé d’un double D et délivrant un message type de Doflamingo.

Les Réputation des Pirates de la Nouvelle Génération, comme ils aiment bien à se faire appeler, croisait de plus en plus si bien que la Marine commençait à les chasser. Mais la finalité des actions de Doflamingo n’avait pas abouti, pas encore, bien que ses larcins furent de plus en plus nombreux et de moins en moins espacés dans le temps, l’homme n’avait toujours pas de prime sur sa tête… Il lui fallait un coup d’état pour que le Gouvernement Mondial se montre enfin inquiété par la monté en puissance de la nouvelle ère.
Au soir d’une fête quelconque donnée dans les locaux de la Marine postés sur North Blue, Doflamingo réussit le tour de force de s’infiltrer, lui et ses hommes comme serveurs dans cette réception Mondaine. La plupart des Colonels de North Blue étaient présents ainsi que nombre de personnalités. Pendant que les pirates infiltrés faisaient le service, le reste de l’équipage était censé supprimer la totalité des sentinelles postés sur les remparts et acheminer une copie du Drapeau de l’équipage dans la place.
Au signal convenu, les serveurs infiltrés le livrèrent à un empoissonnement général des boissons, décimant les colonels par surprise alors que que Doflamingo faisait s’entretuer les plus sobre à grand renfort de talents marionnettiste. Au matin de la soirée, l’équipage au Crâne Souriant voguait sur les mers alors que les premiers rayons du soleil dévoilaient le drapeau de l’équipage en lieu et place de celui de la Marine, une façade blanche décoré d’un immense crâne souriant fait du sang des convives et dans la cour, les corps de ceux ci étaient disposés de façon à pouvoir lire un message.
Quelques jours plus tard, Doflamingo avait sur les épaules une Prime de 24 millions de Berrys.

La saga sur North Blue de Doflamingo se termina comme elle avait commencé, par un rire prolongé qui aurait pu le faire s’étouffer alors qu’il voyait sa tête sur l’avis de recherche, son Navire voguant vers Grand Line dans le style et la bonne humeur, la troisième partie du plan de Doflamingo pouvait commencer : faire augmenter sa prime, amasser énormément d’argent afin s’assurer le style New Wave et atteindre la position confortable de Corsaire …

La Marine le laissant enfin en paix, il pourra promouvoir la New Wave de par le monde, à travers la totalité de Grand Line en éliminant les équipages pirates qui ne suivent pas son idéal. Rassembler de l’argent en tuant et coulant les ennemis de son idéal sans pour autant pouvoir être réprimé par les autorité, y a t’il meilleure position pour un homme comme Doflamingo ?

C’est donc sur ces Mers que Doflamingo commit ses pires exactions, coulant Marines comme Pirates dans de longs rires faisant écho au bruit des vagues.
C’est également sur les Mers de Grand Line et sur les diverses îles les parcourant que ses pouvoirs de Marionnettistes furent portés à leur paroxysme, apportant chaos et confusion aux population, pognon et réputation à leur patron. La New Wave prit un nouvel essor sur Grand Line et le passage du futur Corsaire sur l’île de Jaya fit forte impression et Doflamingo a cru comprendre qu’il y avait toujours là bas des Pirates adeptes du New Age…

Grand Line est également une pépinière de talents intéressante, et Doflamingo en plus de se constituer une équipage en quantité pu s’assurer qu’il soit de qualité, s’entourant d’hommes fidèles et sans scrupules prêts à suivre leur Capitaine dans n’importe quelle bataille tant qu’il y aurait de l’Or et du Rhum au bout. Bellamy et Sarquiss faisait parti de ceux là…

A mesure que les années passaient sur Grand Line et que les exactions de Doflamingo lui valait une augmentation de Prime conséquente, le Pirate Manipulateur finit par taper dans l’œil du Conseil des 5 étoiles, lui et sa prime de 340 Millions de Berrys qui le plaçait dans le Top des Primes attribués à un Corsaire, car Corsaire il le devint et sa vie de Pirate régulier se termina comme elle avait commencer aux abord de cette petite île tropicale, dans un grand rire…

Maintenant Doflamingo cherche juste à faire des affaires, suivant des aventures qui lui apportent de l’argent et de quoi rendre son équipage plus dangereux encore par l’ajout de Fruits du Démon par exemple… Car il reste des vestiges de l’ancienne génération à éliminer…
Les 4 Empereurs en sont un…
Revenir en haut Aller en bas
 
Le flamant rose arrive pour s'amuser
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» J'arrive pour tous vous embêter ♥
» Parce que toute histoire a un début. (Elisabeth)
» Présentation Anima
» Parce qu'on est là pour s'amuser ...
» SOS... j'arrive pour t'aider [Rue]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Adventure :: Le grand départ :: Présentations :: Présentations abandonnées-
Sauter vers: